Les étoiles du Carré SATOR

INTRODUCTION

Ce Carré SATOR est surprenant: même si son message est simple et clair pour une personne passionnée de vérité, il contient néanmoins différentes lectures, à différents niveaux et touchant différents domaines. Il y a donc plusieurs façons de l'examiner (1).

Approfondissons maintenant une nouvelle approche (2) et réalisons une lecture astronomique de cette inscription (3).

L'ÉTOILE...   

Le Carré SATOR, en effet, nous permet de faire cette lecture astronomique et l'inscription même nous incite à la faire, parce qu'elle contient le mot « étoile », astrum en latin (4), composé de lettres disposées... en forme d'étoile justement !

En suivant les flèches dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (5), partant du A pour terminer par le O (6), nous découvrons le tracé d'une étoile à 5 branches et nous lisons : A-S-T-R-O, astro, qui - au datif ou à l'ablatif de astrum - peut se traduire ainsi: par l'astre, pour l'astre, avec l'astre. 

Nous voyons là une invitation à suivre l'étoile, à nous laisser guider et illuminer par cette bonne étoile... mais quelle étoile précisément (7) ?

A nouveau, pour découvrir ce que représente cette étoile, l'Apocalypse de Jean, écrite dans la même décade que le Carré SATOR (8), nous en donne une très belle piste : il nous révèle premièrement que l'étoile est une personne, et ensuite, que cette personne n'est autre que Christ, l'étoile brillante du matin (9).

Nous pouvons traduire alors ASTRO de cette manière : par Christ, pour Christ, avec Christ, ce qui confirme une fois de plus l'origine chrétienne de cette inscription et son lien avec le Livre des livres.

Le plus curieux est que la mention l'étoile brillante du matin n'apparaît qu'une seule fois dans toute la Bible et ne se produit, de plus, que dans le dernier livre des Saintes Écritures, et plus encore, à la fin de son tout dernier chapitre (10). Ce «titre», Jésus se l'attribue lui-même en rappellant simultanément son retour, soit sa seconde venue (11). Il confirme aussi que sa venue est proche et même qu'elle sera rapide (12).

De plus, comme astrum peut désigner ce qui est actuellement étoile ou planète, il serait juste de comparer l'étoile brillante du matin du Carré SATOR à la Vénus astronomique, à la planète en soi, pour ses particularités similaires (brillance et cycle diurne surtout : voir note 13).

L'étoile du Carré SATOR, que la planète Vénus illustre bien, est donc un signe, visible surtout à l'aurore (dans notre cas) et qui annonce - pour ceux qui y sont attentifs - la fin de ces temps ténébreux et le début d'un jour nouveau et glorieux (14).

... ET LES ÉTOILES:  

Astrum, en latin, signifie l'étoile, mais aussi la constellation. Les Romains disaient Canis astrum pour la Constellation du Chien, par exemple. La constellation est un groupe d'étoiles qui forme comme un dessin, comme une figure dans le ciel nocturne. ASTRO, astro, peut donc aussi se traduire: par la constellation, pour la constellation, avec la constellation.

Nous voyons là une autre invitation à suivre cette constellation. Une autre invitation à découvrir aussi de quelle constellation il s'agit.

Pour ce faire, nous vous proposons deux pistes qui vont nous conduire au même résultat: celle du redoublement des lettres centrales du Carré SATOR et celle de l'ordre des lettres du mot ASTRO.

a. La première piste :

Le Carré SATOR nous a surpris quand nous avons découvert la possibilité de redoubler ses 2 lettres E à l'instar du N, ce qui nous en a facilité sa lecture, ainsi que sa traduction et son interprétation (15).

Comme nous avons découvert que 3 des 25 lettres de l'inscription se dédoublent (E - N - E), nous avons réalisé alors que le chiffre 3 nous rappelle aussi la Trinité et que le redoublement central du N, plus ferme (puisqu'il s'agit d'un redoublement structurel et non vocal), représente à nouveau Christ, l'agneau de Dieu qui ôte le péché du monde et qui se trouve au centre du trône de Dieu (16).

Voyons donc quelle position occupent les 3 lettres doublées, E -N -E, dans l'inscription même (voir photo ci-contre).

Si nous suivons le raisonnement que nous invite à faire le Carré SATOR lui-même dans le domaine astronomique, nous devrions prendre ces trois groupes de deux lettres comme trois étoiles brillantes qui serviraient de témoignage et de point de repère facile à trouver dans le ciel nocturne.

Et autre surprise : ces trois points lumineux, semblables et équidistants, premièrement existent et ensuite, il est très facile de les trouver, parce qu'il n'existe qu'un seul trio d'étoiles alignées, dans tout l'hémisphère nord comme dans l'hémisphère sud, qui forme ce qu'on appelle la ceinture d'Orion. Ces trois étoiles identiques sont au centre de la constellation d'Orion - comme les lettres doublées au centre de l'inscription - et sont, de plus, orientées presque de la même manière, NW-SE, c'est-à-dire presque verticalement dans le ciel : ces trois étoiles sont Mintaka, Alnilam et Alnitak (17).

Comme tous les autres astres du firmament sont répartis de manière aléatoire et variable, cela fait de ce trio d'étoiles, de nuit, un repère incontournable (18).

ORION


Grâce aux trois lettres centrales et doublées (19) de l'inscription, nous découvrons sans peine cette Ceinture d'Orion, et par là-même, la Constellation d'Orion en soi.

En effet, en suivant toujours cette première piste, nous constatons que les lettres E - N - E sont toujours comprises entre les deux T de TENET. Ces lettres T marquent comme la fin des barres de la croix qui apparaît dans l'inscription: elles en sont donc sa limite. Or parler de fin, de limite, voire de frontière, c'est dire orion en grec (20), ce qui nous rappelle le nom même de la Constellation d'Orion (21), comme elle a été nommée dans le monde gréco-romain.

De plus, le T, taw en hébreu - qui, à l'origine s'écrivait comme un X, comme une croix - est aussi la dernière lettre de l'alphabet hébraïque, qui en marque sa fin pour ainsi dire. Les 4 taw indiquent donc, sous forme d'étoiles, la fin de la constellation simple et centrale d'Orion, visible parfaitement à l'oeil nu.

En effet, lors de l'observation nocturne, une fois que l'on découvre le trio d'étoiles, il est très facile de découvrir les 4 autres qui forment, avec les étoiles centrales, comme un sablier ou un grand noeud papillon.

On ne peut pas se tromper: en marquant ces 7 lettres qui sont septs points lumineux (E-N-E + 4xT = 3+4 = 7 étoiles), c'est la façon la plus simple de représenter la constellation d'Orion, la constellation la plus grande et la plus brillante du ciel nocturne, connue de n'importe quel astronome amateur (22). C'est la plus fascinante aussi: elle compte en fait 206 étoiles et de nombreuses nébuleuses qui sont une pépinière de nouvelles étoiles (23) et elle sert de référence pour trouver d'autres constellations visibles dans le ciel en même temps qu'elle ou pas (24).

b. La seconde piste:

Nous avons trouvé une autre manière de découvrir la Constellation d'Orion dans le Carré SATOR. Comme nous l'annoncions déjà dans la note 5 de cet article, le sens de la lecture des lettres du mot ASTRO n'est pas là par hasard: il correspond - de manière surprenante - à l'ordre dans le ciel des 7 premières étoiles les plus brillantes de la Constellation d'Orion, classées dans l'ordre décroissant de leur intensité lumineuse!

Si nous cherchons dans le ciel un groupe d'étoiles dont l'intensité lumineuse va décroissante et qui s'aligne sur la figure représentée par la succession des lettres du mot ASTRO, nous découvrons facilement - et uniquement - les étoiles de la Constellation d'Orion qui se présentent comme suit:

· A = Bételgeuse..... (alpha Orionis);

· S = Rigel.............. (beta Orionis);

· T = Bellatrix......... (gamma Orionis);

· R = Mintaka, Alnilam et Alnitak                   (delta, epsilon et zeta Orionis);

· O = Saif al Jabbar... (eta Orionis).

Les 3 étoiles du centre de la constellation forment un tout, c'est pourquoi nous les regroupons en une seule lettre romaine, le R. Nous n'allons pas répéter ici qu'il s'agit certainement d'une nouvelle référence au Dieu Trinitaire (trois en un), puisqu'il faut considérer la Ceinture d'Orion comme un seul point de référence pour pouvoir découvrir justement cette piste.

Ce trio est comme une marque, une signature. Il a été appelé de différentes manières, sans jamais perdre sa connotation spirituelle: les Trois Rois, les Trois Mages, l'Échelle de Jacob, les Trois Maries... jusqu'en Chine où il est aussi nommé «Les Trois».

Nous avons donc trouvé deux pistes qui nous confirment que la Constellation d'Orion est bien visible... dans le Carré SATOR justement! Ce qui donne à cette inscription un sens plus profond encore de ce que nous prévoyions au début de notre recherche (25).

ORIGINE ET SIGNIFICATION

Comment est-il possible de trouver cette correspondance, si précise et si profonde, entre l'inscription latine et la constellation d'Orion? Nous n'avons qu'une seule réponse à cela: c'est vraiment la preuve que le Créateur en est son créateur (26)! Il est clair que le Dieu Trinitaire veut nous parler au travers du message même de cette inscription, mais Il veut aussi nous parler plus profondément encore en se servant de l'astronomie, du monde des étoiles. En employant la figure de l'étoile (représentée par les lettres ASTRO, la planète Vénus) et la figure de la Constellation d'Orion (définie par E-N-E et les 4 T, ainsi que par l'ordre des lettres du mot ASTRO), Il sait utiliser les choses simples de la nature et de l'univers pour nous enseigner les réalités spirituelles les plus profondes.

Orion, le chasseur fort et valeureux, avec son arc à la main gauche et en compagnie de ses deux chiens (Canis maior et Canis menor), alors qu'il chasse le lièvre (constellation du même nom), se voit confronté à un taureau qui l'attaque par surprise (la constellation du Taureau qui lui fait face): il lève alors légèrement le pied gauche pour tirer la fronde avec sa main droite... (voir photo ci-contre et note 27).

Le chasseur Orion est bien connu aussi de toutes les mythologies antiques. Malgré de nombreuses différences dans tous ces récits, il y a une constante qui en ressort: Orion est toujours un homme-chasseur déifié, ayant une grande force et qui est impliqué en diverses luttes ou combats (28). 

La Constellation d'Orion représente bien cette lutte du mal contre le bien.

La ceinture d'Orion indique où se trouve le mal et l'alignement de son trio d'étoiles pointe vers la Constellation du Taureau en haut à droite. Le Taureau est vu de face, ici, avec sa tête en forme de triangle à l'envers et avec son mauvais oeil qui est Aldébaran, une étoile géante de couleur rouge-orange, couleur feu (29).

On voit mieux, sur cette base, la signification de ces figures célestes qui démontrent la lutte constante du mal contre le bien. Le bien a un ennemi, le mal, mais le mal doit compter avec deux ennemis: le bien et le mal lui-même, c'est pourquoi à la longue, le mal est toujours perdant (30) .

Au niveau spirituel, l'apôtre Paul nous avait déjà donné ce conseil qui résonne encore à nos oreilles aujourd'hui: Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien (31).

L'Évangile, c'est cette Bonne Nouvelle, le centre de la révélation divine: Dieu veut rétablir la relations des hommes avec Lui en les libérant de l'esclavage du mal. Et l'Apocalypse annonce les événements de la fin des temps, quand Jésus manifestera sa victoire finale sur toutes les puissances du mal. C'est cela la véritable Guerre des Étoiles (Star Wars)!

Enfin, de même que ASTRO - en relation avec l'étoile, la planète Vénus - peut signifier par (pour, avec) Christ, de même ASTRO - en relation avec la constellation d'Orion - peut aussi signifier par (pour, avec) l'autorité de Dieu, le trône de Dieu (32).

CONCLUSION

Si le Carré SATOR est surprenant par son message vivant de la rédemption en Jésus-Christ, par son intégration des cultures et mentalités romaine, grecque et hébraïque, par la réaction qu'elle a causée également dans le public dès son origine, elle est plus surprenante encore dans sa lecture astronomique.

En effet, l'analyse astronomique de cette ancienne inscription latine confirme encore davantage son origine chrétienne, parce qu'elle en fait jaillir de multiples références au Livre des Livres et surtout à l'Apocalypse. Il n'y a - à notre connaissance - que la Bible qui nous permet alors d'éclairer et d'expliquer ces deux figures - l'étoile et les étoiles - qui apparaissent dans les 25 lettres du Carré SATOR:

a. La figure ASTRO, l'Étoile du Berger, la planète Vénus - Christ;

b. L'ordre des lettres du mot ASTRO (ou E-N-E et les 4 T): la Constellation d'Orion, ce très grand groupe d'étoiles - le trône de Dieu.

Il nous faut encore la Bible pour comprendre :

a. que ASTRO, nous invite à suivre sa lumière. L'astre nous guide, ni plus, ni moins, jusqu'à la personne de Christ et même jusqu'à son proche retour : il nous invite à être prêts pour ce grand événement;

b. que la Constellation d'Orion - par l'aggroupation d'étoiles toutes différentes les unes des autres mais unies dans un spectacle unique et grandiose - nous présente l'autorité même de Dieu au milieu des siens, de ses étoiles, et son pouvoir créateur illimité comme sa grande puissance pour faire régner enfin la paix (33).

Finalement, c'est bien ce que semble nous dire cette inscription de cette étoile du matin, Vénus, et de la plus grande des constellations du ciel, Orion! Ce dernier nous illumine pendant la nuit en présidant aussi bien le temps des moissons que de la nouvelle année hébraïque et cette première nous éclaire dès l'aurore d'un jour nouveau. En bref, c'est l'étoile pour nous conduire vers les étoiles, l'astre pour nous sauver du désastre, soit, Christ et l'Eglise (universelle), Christ pour nous diriger vers la maison du Père.

Le ciel témoigne encore de cette lutte constante du mal contre le bien, sachant que le mal sera finalement vaincu par le bien.

Enfin, il y a une révélation si grande contenue dans les cinq mots du Carré SATOR, qu'elle ne peut pas être, à notre connaissance, simplement d'origine humaine: elle a bien dû avoir été donnée à l'apôtre Paul lui-même par le Saint-Esprit, révélation qu'il a reçue et transmise avec le zèle qui le caractérise.

Lors de son 4ème voyage missionnaire, l'apôtre Paul aborda l'Italie à Pouzzoles, ville située tout près de Pompéi, et il y resta une semaine (34). Il se peut que là déjà, ayant clairement compris le message divin qu'il fixa dans le Carré SATOR, Paul, même dans les chaines, se soit mis alors à enseigner aussitôt ce message vivant à ses compagnons de voyage et à son nouveau public romain...

Maranatha,

Olivier Perret

Lire d'autres articles?

NOTES ET RÉFÉRENCES, INCLUANT LA BIBLIOGRAPHIE :

1. Nous connnaissons déjà trois différentes manières d'examiner cette incription, soit par les lettres, soit par les chiffres,  soit par son contexte agricole :

    a) Charles Cartigny réalise une approche de cette inscription par la poésie et l'epos (Charles Cartigny, Le carré magique, testament de Saint-Paul, Diffusion Picard, Paris, 1984) ;

    b) Il réalise encore une autre approche par l'étude de sa relation avec le terrain agricole en France et ailleurs (Charles Cartigny, Carré magique ? Non. Carré sacré, Editions A. et J. Picard , Paris 1972);

    c) Nicolas Vinel, lui, l'analyse numériquement (Nicolas Vinel, Le judaïsme caché du carré Sator de Pompéi, The hidden judaism of the Pompeiian Sator square, p. 173-194 in https://journals.openedition.org/rhr/5136?lang=en).

2. Pour tirer le plus grand parti de cet article, il vaut la peine d'avoir lu auparavant les articles antérieurs de ce blog (https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/) dans leur ordre chronologique :

    a. SATOR : sa traduction et son message ;

    b. ORIGINES : le contexte historique du Carré SATOR, lié aux civilisations romaine, grecque et hébraïque ;

    c. SATOR-ROTAS : et réaliser l'impact qu'a eu cette inscription dès son origine.

3Astronomique et non pas astrologique, il y a une grande différence entre ces deux concepts, il faut le préciser ! Nous examinons ici l'aspect concret de la position des étoiles dans le ciel, la structure de l'univers, soit l'astronomie en soi, et non pas l'astrologie, la prétendue influence que les astres auraient sur les hommes (astres qui sont du reste souvent d'avantage des planètes que des étoiles...).

4. Astrum,i,neutre signifie l'étoile, la constellation ; au pluriel et en sens figuré, astra signifie le ciel. Le mot étoile en grec, ἀστὴρ, aster, a en plus, et entre autre, le sens figuré de personne célèbre, nous pourrions dire une star ! Le même sens existe aussi en hébreu: un astre (כּוֹכָ֜ב) sort de Jacob (Nombres 24 :17)... ce sera le Messie (Matthieu 2 :2).

5. Le sens de lecture n'est pas là par hasard non plus : il correspond - à notre plus grande surprise - à l'ordre dans le ciel des 7 premières étoiles les plus brillantes de la Constellation d'Orion, classées dans l'ordre décroissant de leur intensité lumineuse ! Nous n'avons pas pu trouver d'autre constellation où les étoiles seraient classées dans le même ordre, ni parmi les 48 recensées du temps de Claude Ptolémée (astronome-géologue du 2 ème s. ap. J.-C.), ni même parmi les 88 constellations au total que compte actuellement notre ciel étoilé.

N.B. La photo de la Constellation d'Orion - qui apparaît à différents endroits dans l'article - est prise par Akira Fujii.

6. De A vers O : les mêmes lettres que le fameux A-O accompagnant le PATER NOSTER, représentant l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, la personne même de Christ. Voir note 8 in : https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/.

7. Il vaudrait la peine d'effectuer des recherches poussées dans toute l'iconographie ou la littérature gréco-romaine pour voir s'il exisait des traces écrites de cette étoile à cinq branches. Ce serait un autre sujet de thèse pour qui s'intéresserait... De fait, connaissant la véritable origine de l'inscription, et parce que nous avons peu de temps, nous prenons cette fois un raccourci pour aller tout de suite à l'essentiel, sans allonger inutilement ici notre analyse par trop de détails (qui sont déjà nombreux en soi).

8. Pour la date de rédaction de l'Apocalypse, vers 66-67 après J.-C., voir les arguments développés in https://theologiedelepiscopat.chez-alice.fr/notes/note35.htm (consulté le 01.10 2018). Pour la date de rédaction du Carré SATOR vers 60-65 : voir la rubrique Datation et influence in https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/.

9. Apocalypse 22:16 Moi, Jésus, j'ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l'étoile brillante du matin (ὁ ἀστὴρ ὁ λαμπρός, ὁ πρωϊνός). Ici Jésus déclare être lui-même l'étoile du matin. Il disait du reste en Jean 12:46 Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. Pierre mentionne également (en 2 Pierre 1:19) : Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos coeurs.

10. L'expression l'étoile brillante du matin n'apparaît qu'une fois dans toute la Bible (Apocalypse 22 :16), tandis que l'étoile du matin y apparaît trois fois (2 Pierre 1 :19 ; Apocalypse 2 :28 ; 22 :16). Voilà encore un autre lien entre le un et le trois, entre Christ (apparaissant 1 fois) et le Dieu trinitaire (apparaissant 3 fois).

11. Apocalypse 22:20 Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus!

12. Je viens bientôt (Apocalypse 22:20). Dans l'original grec, nous lisons : je viens vite (ταχύ).

13. Rien n'empêche d'associer l'étoile du matin à la planète Vénus, la plus brillante des planètes du système solaire, appelée aussi l'Étoile du Berger. C'est le troisième astre le plus brillant après le Soleil et la Lune (de nouveau le chiffre  3 !). Cependant, pensons-nous, Dieu avec son amour divin (agapè) ne s'y verrait là que pâlement reflété par la Vénus, antique déesse de la beauté et de l'amour, mère de Cupidon (de l'amour érotique, eros). La comparaison de ASTRO avec la Vénus astronomique est donc bien plus riche et instructive qu'avec la Vénus mythologique, parce que cette dernière n'est qu'un faible éclat de l'astre véritable qui se cache dans le Carré SATOR.

De plus, pour les Anciens, parce que Vénus ne peut pas être contemplée durant la nuit, l'Étoile du Berger était en fait deux astres différents: un astre le matin, Eos, et un autre le soir, Vesper. Néanmoins, le cycle diurne de la planète, qui la fait apparaître alternativement à l'Est puis à l'Ouest, rappelle le caractère palindromique du Carré SATOR qui peut se lire dans un sens comme dans l'autre. Donner à ASTRO le nom de l'Étoile du Berger, nous fait aussi penser au contexte rural de l'inscription. En outre, suivant le parallélisme qu'offre l'inscription, Jésus est ce bon berger, ce bon pasteur (Jean 10: 11,13).

14. Pour l'étoile comme signe ou comme jugement, voir entre autres Joël 2: 28-29 ou Actes 2:29-32 (où les manifestations changeantes du soleil, de la lune et des étoiles sont les indicateurs d'événements mondiaux et escatologiques).

Pour l'étoile comme manifestation d'un jour nouveau, voir entre autres 2 Pierre 1:19 Et nous tenons pour d'autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour vienne à paraître et que l'étoile du matin se lève dans vos coeurs; et 1 Jean 2:8 Toutefois, c'est un commandement nouveau que je vous écris, ce qui est vrai en lui et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà (le nouveau jour approche, c'est bientôt l'aurore d'un jour nouveau; cela rappelle aussi la devise de la Réforme à Genève: POST TENEBRAS LUX).

15. Voir la rubrique Signification d'AREPO in https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/ et spécialement la note 12.

16. Voir également la note 13 in https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/. Pour confirmer qu'il n'y a rien au hasard dans cette inscription, le N, peut correspondre à l'étoile Alnilam au centre de la Ceinture d'Orion, étoile qui se trouve bien plus loin dans l'espace que Mintaka et Alnitak: cela veut dire qu'elle est aussi dans la réalité bien plus grande et brillante que ses deux compagnes, mais que, vue depuis la Terre, elle a la même luminosité que ces dernières. Les données astronomiques le confirment: Alnilam est 30.000 fois plus grand que notre Soleil, Alnitak «seulement» 8.000 fois et Mintaka 4.000 fois; Alnilam est distante de 1.345 années lumière de la Terre, Alnitak «seulement» de 816 a.l. et Mintaka de 919 a.l. (voir par exemple: https://es.wikipedia.org/wiki/Cintur%C3%B3n_de_Ori%C3%B3n, consulté le 18.10.2018).

Oui, l'univers est grand! Et nous nous situons seulement dans le (petit) bras d'Orion, dans l'un des 7 bras que compte notre Galaxie spirale barrée, la Voie lactée. Cela veut dire, en termes astronomiques, que la Constellation d'Orion est juste à côté de notre système solaire.

17. Si nous savons que Mintaka est en réalité légèrement plus au nord que ses deux compagnes, Alnitam et Alnitak, et qu'elle ne suit pas exactement leur alignement, cela renforce encore l'idée de verticalité apparente, parce qu'elle tend vers Bellatrix. Il n'y avait donc pas d'autre moyen de rendre cet effet de l'axe vertical de la Ceinture d'Orion en l'incluant dans un quadrillatère de seulement 5 lettres de côté... comme le représente justement avec précision le Carré SATOR.

18. Il n'y a que 2 autres repères faciles à identifier dans le ciel nocturne: Sirius, l'étoile visible la plus brillante à l'oeil nu, et les Pléiades, groupe de plus de sept étoiles qui forme toujours un petit halo lumineux.

19. Les lettres doublées (E - N - E) du Carré SATOR représentent, une fois de plus et de manière surprenante, la réalité astronomique : la Ceinture d'Orion n'est pas composée de trois étoiles simples et banales, bien au contraire : Alnitam est une supergéante bleue, Mintaka et Alnitak sont, quant à elles, des étoiles multiples (ce sont des systèmes stellaires composés de trois étoiles ou plus).

20. En fait, to orion: la fin, la limite, la frontière. ORION, le nom du héros comme de la constellation, en grec, s'écrit plus précisément avec l'oméga, le O long (ôriôn) et non pas avec le O micron (le O petit), mais comme nous avons vu que l'oméga de l'inscription s'écrivait avec un O normal en latin (voir la rubrique Le Père in https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/), nous nous sommes permis ici ce lien entre le nom propre Orion et le nom commun to orion. En hébreu, Orion se dit כְּסִ֣יל.

21. Signaler, de plus, que la Constellation d'Orion est déjà mentionnée trois fois dans la Bible, bien avant même que commence l'époque grecque classique. Les trois passages sont : Job 9:9 ; 38:31 et Amos 5:8. Soit dit en passant : trois passages - le chiffre 3 - est une autre allusion au Dieu Trinitaire.

22. L'importance également du chiffre 7 dans la Bible n'est plus à démontrer : seulement rappeler que depuis les 7 jours de la création jusqu'aux 7 trompettes de l'Apocalypse, ce chiffre exprime ce qui est parfait, la perfection, le complet.

23. La constellation est tellement belle à voir au téléscope que nous nous permettons de vous donner quelques liens pour voir les vidéos de la NASA : 

https://okdiario.com/ciencia/2018/01/17/video-nasa-nebulosa-orion-1693274 

https://www.youtube.com/watch?v=A2RvGEkZzEI 

https://www.youtube.com/watch?v=GqV7KMjw9jY 

Et également un lien avec les photos des nébuleuses de la Constellation d'Orion:

https://www.latinquasar.org/55-contenidos-generales/las-88-constelaciones/74-constelaciones-orion 

24. Dans la mythologie, Orion est même mis en relation avec la constellation du Scorpion qui se trouve aux antipodes.

25. Je ne pensais pas que, durant l'été 2016, quand je faisais découvrir par le jeu le Carré SATOR à ma fille, sans connaître beaucoup moi-même du sujet, je ne pensais pas que, piqué ensuite par la curiosité, j'aurais été conduit si loin dans l'analyse, pas à pas, de cette inscription. Je peux affirmer maintenant que le Carré SATOR n'est pas comparable à l'ensemble des inscriptions latines existantes, tant par son intétêt que par sa profondeur. Soli Deo gloria.

26. En d'autres mots, le Créateur est bien le créateur de l'univers, donc de la Constellation d'Orion, mais aussi de cette inscription, du Carré SATOR! (Voir par exemple Ge 1 ; Ps 96 :5 ; 102 :25 ; Za 12 :1 ; Col 1 :16). De plus, nous savons que le Créateur s'est exprimé par son fils (He 1 :1-2 Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde). Nous retrouvons ici ce même lien entre le Créateur et l'homme (PATER NOSTER - SATOR/ Orion - Christ) : voir rubrique Le semeur est notre Père in https://blog-d-olivier-perret.webnode.es/connaissez-vous-le-carre-sator/.

27. Image tirée de https://villemin.gerard.free.fr/Astronom/Sirius.htm

28. Voir notamment de Jean-Michel Renaud. Le catastérisme chez Homère. Le cas d'Orion. In: Gaia : revue interdisciplinaire sur la Grèce Archaïque, numéro 7, 2003. p. 205-214 https://www.persee.fr/doc/gaia_1287-3349_2003_num_7_1_1416  (L'auteur relève que le poète Homère, par exemple, ne se prend pas la peine d'expliquer que Orion est à la fois un homme et une constellation, un héros et un dieu: il considère ce fait comme acquis, ce qui ne va pas de soi pour d'autres héros).

29. Astronomiquement Aldébaran est la... 13ème étoile la plus brillante du ciel nocturne. C'est une étoile variable, c'est-à-dire instable quant à sa luminosité et elle est pratiquement seule : elle est loin devant le groupe des Hyades qu'elle semble suivre (de là vient son nom). De plus, la Constellation du Taureau nous trompe : ses étoiles - qui sont assez petites - paraissent presque être de même luminosité que celles d'Orion, parce que ces premières sont dix fois plus proches de notre système solaire que ces dernières.

C'est curieux que même en astronomie, Aldébaran représente quelque chose de négatif, hostile à Orion, le guerrier de Dieu. Cela est tout à fait normal quand on sait que le Créateur a positionné les astres qu'il a créés pour en former les principales constellations connues de l'époque, laissant à l'homme ensuite le soin d'imaginer les différentes légendes qui s'y rapportent.

30. Aldébaran, ici, l'étoile la plus visible dans sa constellation, lutte contre le trio central, les trois étoiles brillantes de la Constellation d'Orion : le rapport de force est clair, c'est un contre trois. On voit donc d'avance qui sera le perdant. De plus, la lutte est constante parce qu'elle est inscrite dans le ciel. Voir encore cette lutte spirituelle - tant historique que prophétique - typifiée par l'exemple d'Amalek attaquant par traîtrise les Israélites (Exode 17 :16 Moïse dit: Parce que la main a été levée sur le trône de l'Éternel, il y aura guerre de l'Éternel contre Amalek, de génération en génération).

31Romains 12 :21. En effet, le mal qui cause encore beaucoup de ravages et de dommages est cependant vaincu quand on pratique le bien.

32. La première mention de la Constellation d'Orion en relation avec le trône de Dieu apparaît déjà dans l'histoire du patriarche Jacob (Genèse 28 :10-19) : Jacob eut un songe. Et voici, une échelle était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel. Et voici, les anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle. Et voici, l'Éternel se tenait au-dessus d'elle; et il dit: Je suis l'Éternel, le Dieu d'Abraham, ton père, et le Dieu d'Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité... Jacob s'éveilla de son sommeil et il dit: Certainement, l'Éternel est en ce lieu, et moi, je ne le savais pas!..Il eut peur, et dit: Que ce lieu est redoutable! C'est ici la maison de Dieu, c'est ici la porte des cieux! (Rappelons-nous que la Ceinture d'Orion est aussi appelée L'Échelle de Jacob. Il se peut que l'échelle en soi concerne plutôt l'épée d'Orion, c'est-à-dire les nombreuses nébuleuses alignées, visibles à l'oeil nu par ciel très limpide et qui mènent au trio d'étoiles centrales de la Constellation).

Ensuite, un bon millénaire plus tard, Jésus en personne reprend ce même passage du songe de Jacob et le commente pour ainsi l'accomplir lui-même: En vérité, en vérité, vous verrez désormais le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l'homme (Jean 1 :51) .

Puis, une trentaine ou quarantaine d'années plus tard, cette information se retrouve alors transcrite et cachée dans les premières inscriptions du Carré SATOR, ce qui est l'objet de cet article.

Il faut ensuite bien attendre la fin du 19ème siècle, à notre connaissance, pour retrouver par écrit ce lien entre la Constellation d'Orion et le trône de Dieu dans les ouvrages mêmes d'Ellen White.

Enfin, il y a de cela moins d'une dizaine d'années, Victor Sanvincens Guaita présenta cette relation - dans une série de conférences publiées dans sa page Web: El Gran Engaño - de manière originale et fort intéressante. Il vaut la peine de suivre son développement qui peut sembler un peu décousu au premier abord, mais qui est présenté avec beaucoup de logique (il donne aussi les références précises aux ouvrages d'Ellen White):

https://elgranenganyo.com/weboficial/archivos/358 (Orion)

https://elgranenganyo.com/weboficial/archivos/4395 

https://elgranenganyo.com/weboficial/archivos/4419 

https://elgranenganyo.com/weboficial/archivos/4410 (La Ceinture d'Orion).

33. Tant au niveau astronomique que géologique, nous constatons qu'il y a eu déjà plusieurs impacts divins, très précis dans l'espace et dans le temps. Nous n'en mentionnerons que quelques-uns :

La Constellation d'Orion est ce lieu concret de l'impact du créateur avec sa première création, l'univers, lieu qui génère encore et toujours de nouvelles étoiles.

L'impact de Dieu avec la planète Terre aboutit à la création, puis à la restauration, de l'être humain en soi.

L'impact de Dieu avec son peuple élu se voit encore sur la cime noircie du Mont Sinaï en Arabie (comme l'a dévoilé Ron Wyatt, brillant archéologue du monde biblique).

Et l'impact de l'amour de Dieu envers tous les hommes s'exprima à son point le plus élevé par la mort et la résurrection de Jésus-Christ au Golgotha (ce Lieu du Crâne sur le Mont Morija à Jérusalem).

34. Actes 28:13-14.

Envoyez un commentaire!

J'apprécierai de recevoir votre commentaire qui m'aidera à m'améliorer.

Votre commentaire sera traité de manière confidentielle: il ne sera publié qu'avec votre accord.